Suivez-nous sur

Actualités

Le Président Tshisekedi dévoile ses 6 engagements majeurs lors de son discours inaugural

Publié le

sur

Le 20 janvier 2024, dans un discours inaugural marquant le début de son second mandat, le Président Tshisekedi a exprimé sa conscience des attentes du peuple congolais. Il a rassuré la nation en soulignant sa pleine compréhension de l’ampleur de la tâche qui l’attend.

Le Chef de l’État a rappelé les six engagements majeurs de son nouveau quinquennat, couvrant des aspects cruciaux tels que la création d’emplois, l’amélioration du pouvoir d’achat, le renforcement de la sécurité pour tous, la diversification et la compétitivité accrues de l’économie, l’augmentation de l’accès aux services de base, et l’optimisation des services publics.

“À présent, il s’agit pour nous de transformer, durant les cinq prochaines années, les prouesses que nous avons réalisées et de parachever l’avènement d’un Congo plus uni, mieux sécurisé et plus prospère”

a déclaré le Président Tshisekedi. Il a ajouté son engagement à éviter que les erreurs du passé ne se reproduisent et à prendre promptement les actions nécessaires pour faire progresser le pays.

“Aujourd’hui, une nouvelle ère est née !”

a conclu le Président, soulignant l’importance de ce nouveau chapitre dans l’histoire du Congo. Les attentes sont élevées, et la population attend avec impatience la concrétisation de ces engagements au cours des prochaines années.

Publicité

Perfection243

Actualités

RDC : Le Président Tshisekedi met en garde contre la corruption parmi les députés et brandit la menace de dissolution de l’Assemblée nationale

Publié le

sur

Rédigé par

La République démocratique du Congo (RDC) est en ébullition politique alors que l’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale, prévue pour ce samedi 18 mai, a été reportée. Cette décision fait suite à une rencontre entre les élus nationaux de l’Union sacrée et le Président Félix Tshisekedi.

Lors de cette réunion, qui s’est déroulée de 17h à 18h à la cité de l’Union africaine, Félix Tshisekedi a pris la parole, suivie par une dizaine de députés, pour discuter des tickets de l’Union sacrée et des enjeux majeurs tels que la situation dans l’Est du pays et la question de la représentativité de la région de la Grande Orientale, actuellement non représentée.

Le Président a appelé à une révision du ticket proposé pour les postes du bureau de l’Assemblée nationale, à l’exception de celui de Vital Kamerhe, pressenti pour la présidence. Il a souligné l’importance de prendre en compte la représentativité des femmes dans cette composition.

Félix Tshisekedi a également exhorté à l’unité, déplorant les pratiques corrompues de certains députés de la législature précédente. Il a mis en garde contre la dissolution de l’Assemblée nationale si de telles pratiques venaient à se reproduire.

Delphin Kankolongo

Continuer la lecture

Actualités

RDC : Report de l’Élection du Bureau Définitif de l’Assemblée Nationale suite aux Directives du Président Tshisekedi

Publié le

sur

Rédigé par

Kinshasa, le 17 mai 2024 – L’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale de la République Démocratique du Congo, initialement prévue ce samedi 18 mai, a été reportée. Cette décision a été annoncée à l’issue d’une rencontre cruciale tenue ce vendredi entre les élus nationaux de l’Union sacrée et le Président Félix Tshisekedi.

Une réunion déterminante à la cité de l’Union africaine

De 17h à 18h, Félix Tshisekedi a pris la parole devant les députés membres de l’Union sacrée, au sein de la cité de l’Union africaine. Pendant les 30 premières minutes, le Président a exposé ses attentes et les enjeux actuels, avant de laisser une dizaine de députés s’exprimer. Les discussions ont notamment porté sur les tickets de l’Union sacrée et divers défis, dont la guerre à l’Est de la RDC et la question de la représentativité de la Grande Orientale, actuellement non représentée dans les propositions de tickets.

Reconsidération des candidatures

Félix Tshisekedi a demandé au présidium de l’Union sacrée de revoir la composition du ticket proposé pour les six des sept postes du bureau de l’Assemblée nationale. Seul Vital Kamerhe, qui devrait devenir le futur président de l’Assemblée nationale après avoir remporté la primaire face à Modeste Bahati et Christophe Mboso, semble assuré de son poste. Les autres positions pourraient être sujettes à de nouvelles nominations. Le Président a souligné l’importance de la représentativité des femmes dans ces choix.

Publicité

Appel à l’unité et à l’intégrité

Lors de cette rencontre, le Président Tshisekedi a également insisté sur l’unité et la nécessité d’abandonner les pratiques corrompues qui ont marqué la précédente législature, où certains députés exigeaient des paiements avant de participer à des votes. Il a fermement averti que des pratiques similaires pourraient conduire à la dissolution de l’Assemblée nationale.

Prochaines étapes

Les membres du présidium de l’Union sacrée se réuniront dès samedi matin pour opérationnaliser les directives reçues. Cela rend improbable la tenue de l’élection du bureau définitif le même jour, comme initialement prévu. L’objectif est de garantir une représentativité équilibrée et une intégrité sans faille dans les processus électoraux internes de l’Union sacrée.

Delphin Kankolongo

Publicité
Continuer la lecture

Actualités

RDC : Jean-Pierre Bemba présente ses hommages aux soldats congolais lors de la journée commémorative avec les Fardc

Publié le

sur

Rédigé par

Aujourd’hui, les Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc) ont honoré la journée du soldat congolais, marquant ainsi leur engagement envers la défense et la protection du pays. La cérémonie, qui s’est déroulée ce vendredi 17 mai 2024, a été marquée par divers événements symboliques.

Au nom du commandant suprême, le président Félix Antoine Tshisekedi, le vice-Premier ministre et ministre de la Défense nationale et Anciens Combattants, Jean-Pierre Bemba, a présidé la cérémonie. Il a déposé une gerbe de fleurs au Mémorial du soldat congolais, situé au Rond-point Forescom, dans la commune de Gombe, à Kinshasa. Cette action symbolique rend hommage aux sacrifices des soldats congolais pour la paix et la sécurité nationale.

La journée du soldat congolais est également l’occasion de reconnaître le dévouement et le courage des hommes et des femmes qui servent dans les Fardc. Leur contribution essentielle à la préservation de l’intégrité territoriale et à la protection des citoyens est saluée lors de cette journée spéciale.

Delphin Kankolongo

Continuer la lecture

Actualités

RDC : Réunion déterminante entre Félix Tshisekedi et l’Union sacrée de la nation avant l’élection du bureau de l’Assemblée nationale

Publié le

sur

Rédigé par

Le président Félix Tshisekedi, en sa qualité de « Haute autorité politique de l’Union sacrée de la nation » (USN), rencontrera ce vendredi 17 mai les députés nationaux et les chefs des regroupements politiques de cette plateforme. Cette annonce a été faite par Andrée Mbata, secrétaire permanent de l’USN, dans un communiqué publié ce jeudi.

Cette réunion se tient à un moment stratégique, juste avant l’élection et l’installation du bureau définitif de l’Assemblée nationale, prévues selon le calendrier établi par le bureau provisoire. La composition de ce bureau a suscité des tensions au sein de l’Union sacrée, mettant en lumière la fragilité de la coalition face aux divergences d’intérêts.

Un contexte de tensions croissantes

La principale source de discorde réside dans la sélection des candidats pour les postes du bureau de l’Assemblée nationale. Le présidium de l’USN a proposé un ticket qui a été vivement critiqué par un groupe d’une centaine de députés frondeurs. Ces derniers dénoncent des pratiques de népotisme et de clientélisme, et reprochent aux dirigeants de ne pas respecter l’équilibre des représentations provinciales.

Les enjeux de la rencontre

Cette rencontre vise à apaiser les tensions internes et à trouver un consensus avant l’élection du bureau définitif. La commission chargée d’examiner les candidatures a déjà suivi les directives des dirigeants de l’Union sacrée, en validant des candidats uniques pour les six postes attribués à la coalition majoritaire. Cependant, la contestation interne menace de fragiliser davantage l’unité de l’USN.

Cette réunion avec le président Tshisekedi sera décisive pour l’avenir de l’Union sacrée de la nation. Elle devra permettre de clarifier les positions et de renforcer la cohésion au sein de la coalition, afin d’assurer une gestion harmonieuse de l’Assemblée nationale et de poursuivre les réformes engagées par le gouvernement.

Publicité

Delphin Kankolongo

Continuer la lecture

Actualités

RDC : La Cour Constitutionnelle confirme Anne Mbuguje comme sénatrice de Kinshasa, rejetant les accusations de la Ministre de la Justice

Publié le

sur

Rédigé par

La Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo a rendu une décision historique aujourd’hui, confirmant l’élection d’Anne Mbuguje en tant que sénatrice de Kinshasa et rejetant fermement la requête de la Ministre de la Justice, Rose Mutombo. Cette décision met fin à un contentieux électoral tendu et met en lumière les tentatives désespérées de certains acteurs politiques pour manipuler le processus démocratique.

Anne Mbuguje, membre éminent du parti AVC de Didier Budimbu, a été définitivement proclamée sénatrice élue de Kinshasa, suite à la décision de la Cour constitutionnelle. Cette victoire marque une étape importante pour la démocratie congolaise et souligne l’importance du respect de l’État de droit.

Le scandale a éclaté lorsque la Ministre de la Justice, après avoir échoué dans sa propre tentative d’élection sénatoriale, a tenté de contester la légitimité de la candidature d’Anne Mbuguje en contestant sa nationalité congolaise. Cependant, la Cour constitutionnelle a rapidement rejeté cette requête, mettant en lumière les manœuvres désespérées de certains acteurs politiques pour s’accrocher au pouvoir.

Delphin Kankolongo

Continuer la lecture

Actualités

« Constant Mutamba n’a ni droit, ni qualité pour être retenu candidat au poste de rapporteur adjoint de l’assemblée nationale » – Christian Mwando

Publié le

sur

Rédigé par

Dans une déclaration publique à Kinshasa, Mwando Christian a vivement critiqué Christophe Mboso Nkodia pour ce qu’il qualifie de détournement de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo (RDC). Mwando Christian, visiblement exaspéré, a souligné que le maintien de Mboso Nkodia au sein du bureau d’âge entrave le fonctionnement efficace de l’institution.

Une des principales préoccupations de Mwando Christian est la candidature de Constant Mutamba au poste de rapporteur adjoint de l’Assemblée nationale. Selon lui, Mutamba n’a ni le droit ni la légitimité pour occuper cette fonction. Il a également remis en question la légitimité de Mboso Nkodia à briguer la deuxième vice-présidence de l’Assemblée nationale, étant donné qu’il préside déjà le bureau sortant.

Mwando Christian a vivement critiqué Mboso Nkodia en le qualifiant de perpétuateur des antivaleurs depuis la deuxième République. Il estime que son maintien au bureau d’âge va non seulement bloquer le fonctionnement de l’Assemblée nationale, mais aussi générer des conflits internes et des rivalités entre clans politiques.

Face à cette situation, l’opposition à l’Assemblée nationale a exprimé son soutien à une pétition visant à exiger le départ de Mboso Nkodia de la présidence du bureau d’âge avant le prochain scrutin prévu pour samedi. Mwando Christian a déclaré que la présence de Mboso Nkodia constitue un obstacle majeur à la bonne marche de l’Assemblée nationale et que son départ est nécessaire pour restaurer l’ordre et la légitimité au sein de l’institution.

Delphin Kankolongo

Continuer la lecture

Actualités

RDC – Affaire des Forages : Ministres Nicolas Kazadi et François Rubota Mis en Cause pour Détournement Présumé de Fonds Publics avec Entreprise Inexistante

Publié le

sur

Rédigé par

Une enquête menée par Congo Guardian révèle que « Stever Construct Cameroun SARL », l’entreprise à qui a été attribué un contrat de forages d’eau d’un montant de 300 millions de dollars, n’existe ni en République Démocratique du Congo (RDC) ni au Cameroun. Aucune structure officielle de l’État dans ces pays ne reconnaît ou n’a enregistré cette entreprise.

L’affaire des forages, qui a coûté environ 300 000 USD chacun au Trésor public, soulève des questions sur la légalité de l’attributaire du marché, un consortium dirigé par le citoyen congolais Mike Steve Kasenga. L’Inspection Générale des Finances (IGF) a signalé des coûts anormalement élevés, ce qui a entraîné une enquête judiciaire.

Des faits troublants

Selon les informations recueillies, « Stever Construct Cameroun SARL » n’existe dans aucun registre officiel ni au Cameroun ni en RDC. Même la simple dénomination « Stever Construct » ne justifie d’aucune existence légale. Une analyse approfondie a démontré l’incohérence dans la dénomination de l’entreprise, qui mélange des termes en anglais et en français, une pratique inexistante au Cameroun.

Des investigations menées au Cameroun par des journalistes locaux n’ont trouvé aucune trace de cette entreprise dans le répertoire général des entreprises ou dans celui des firmes de travaux publics.

Actions judiciaires

L’enquête a mené à des actions judiciaires significatives. Le Procureur Général près la Cour de Cassation a émis un réquisitoire détaillé adressé à l’Assemblée Nationale, demandant l’autorisation d’instruire contre les ministres François Rubota Masumbuko, Ministre d’État au Développement Rural, et Nicolas Kazadi, Ministre des Finances. Cette demande fait suite à des accusations de détournement de deniers publics.

Publicité

Procédure judiciaire

Le réquisitoire du Procureur Général repose sur les articles 153 alinéa 3 point 2 de la constitution de la RDC et 84 de la Loi organique relative à la procédure devant la Cour de cassation. Ce document met en lumière des faits graves, notamment la conclusion en avril 2021 d’un contrat entre le Ministère du Développement Rural et le consortium Stever Construct Cameroun SARL et Sotrad Water pour l’installation de forages d’eau solaires.

Surfacturation et paiements

Le contrat initial prévoyait l’installation de 1 000 unités solaires de pompage et de traitement d’eau pour un montant de près de 400 millions de dollars. Les négociations entre le consortium et le Ministre du Développement Rural ont abouti à une augmentation du nombre de stations d’eau à 1 340 sans réduction du coût total. Malgré la reconnaissance d’une surfacturation, le Ministre des Finances a approuvé un paiement de 71 millions de dollars pour seulement 241 stations, un coût moyen de près de 300 000 USD par forage.

Déclarations contradictoires

Les syndicalistes du Ministère du Développement Rural ont signalé que seulement 32 stations d’eau ont été construites et inaugurées, contrairement aux 302 affirmées par Mike Kasenga Mulenga. Ce dernier a également confirmé avoir reçu 71 millions de dollars du gouvernement congolais.

Le Procureur Général conclut que les faits sont potentiellement constitutifs de détournement de deniers publics, une infraction punie par l’article 145 du code pénal congolais. Il appelle à une instruction formelle contre les ministres impliqués pour qu’ils puissent fournir des explications et se défendre.

Publicité

Delphin Kankolongo

Continuer la lecture

Actualités

Steve Mbikayi Dénonce la Procédure de Nomination du Bureau Définitif de l’Assemblée Nationale : « Un Risque pour la Démocratie Congolaise »

Publié le

sur

Rédigé par

Dans un message virulent publié sur son compte X, Steve Mbikayi a critiqué la récente nomination des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale, annoncée par l’honorable Mboso N’Kodia Pwanga, président du bureau provisoire. Mbikayi a exprimé ses profondes préoccupations concernant les implications de cette décision pour la démocratie congolaise.

Mbikayi affirme que si les députés entérinent ces nominations, ils cèderont leur pouvoir et leur légitimité au président de l’Assemblée nationale. Selon lui, cette situation permettrait au bureau de l’Assemblée de voter ou de modifier des lois sans l’aval de la plénière, ainsi que de nommer les membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et les juges de la Cour Constitutionnelle sans consultation préalable, compromettant gravement le processus démocratique.

Il souligne également le risque de corruption, mettant en garde contre des députés qui pourraient être tentés de « vendre leur pouvoir » contre des sommes d’argent issues du budget de l’Assemblée nationale. Mbikayi va jusqu’à comparer cette situation à l’ère stalinienne de l’URSS, où même sous Staline, les membres du bureau de la Douma d’État n’étaient pas nommés par un seul individu. Il dénonce cette mesure comme un « recul démocratique très honteux. »

Appel à la Vigilance

Mbikayi exhorte les députés nationaux à réfléchir sérieusement avant d’approuver ces nominations. Il rappelle que la crédibilité de l’Assemblée nationale sera mise à l’épreuve lors de la session du samedi 18 mai 2024, au Palais du Peuple. « Le peuple nous regarde, » déclare-t-il, insistant sur l’importance de protéger les principes démocratiques et de maintenir l’intégrité de l’institution.

Delphin Kankolongo

Publicité
Continuer la lecture

Actualités

Insécurité à l’Est de la RDC : Le gouvernement congolais entame des poursuites contre le Rwanda après le bombardement meurtrier de Mugunga

Publié le

sur

Rédigé par

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) a annoncé des poursuites contre le Rwanda après le bombardement d’un camp de déplacés à Mugunga, qui a causé la mort de 35 personnes. Le ministre des Droits humains a déclaré lors d’un briefing ce mercredi que « le Rwanda doit être poursuivi… Nous sommes en train de répertorier tous les éléments ».

Le Général Major Peter Chirimwami, gouverneur militaire du Nord-Kivu, a précisé lors d’un briefing spécial que les bombes qui ont frappé le camp de Mugunga dans la ville de Goma provenaient des collines de Karuba en territoire de Masisi. « Elles ont été tirées par une arme qui pèse 25 kg, les bombes sont de 122 mm », a-t-il détaillé.

Montée de la criminalité à Goma : des mesures drastiques prises

Face à la montée de la criminalité à Goma, le gouverneur du Nord-Kivu, Peter Chirimwami, a annoncé plusieurs mesures lors du briefing spécial. Il a révélé que « 500 motards rwandais opéraient à Goma. Ils étaient à l’origine de la criminalité urbaine dans la ville ». En réponse, la circulation des motos après 18h a été suspendue, une décision visant à réduire les actes criminels nocturnes.

Le gouverneur a également souligné les progrès en matière de sécurité dans la ville. « Depuis le mois de février jusqu’à aujourd’hui, aucun braquage des cambistes n’a été signalé. Nous avons une tendance à la baisse de la criminalité dans la ville de Goma », a-t-il affirmé.

Interdiction pour les Wazalendo de circuler avec des armes et de vendre des vêtements militaires

Dans le cadre des mesures pour renforcer la sécurité à Goma, il a été interdit aux Wazalendo, un groupe d’autodéfense, de circuler avec des armes en ville. De plus, la vente de vêtements ressemblant à des tenues militaires a été interdite pour éviter toute confusion. Ces décisions visent à diminuer les risques d’insécurité et de violence dans la ville.

Publicité

Delphin Kankolongo

Continuer la lecture

Actualités

RDC/Ass.Nat : Des Députés Demandent la Suspension de Christophe Mboso pour Conflit d’Intérêts et Constitution Illégale de la Commission Électorale

Publié le

sur

Rédigé par

Ce mercredi 15 mai, un groupe de députés a lancé une pétition pour réclamer la suspension immédiate de Christophe Mboso de ses fonctions de président du bureau provisoire de l’Assemblée nationale de la République Démocratique du Congo. Les députés signataires dénoncent des conflits d’intérêts et des irrégularités dans le processus électoral en cours.

La pétition fait suite à une série d’actions entreprises par Mboso, notamment la constitution d’une commission spéciale et temporaire chargée d’examiner les candidatures aux postes du bureau définitif. Cette commission aurait été mise en place sans passer par la plénière de la chambre, ce qui constitue, selon les pétitionnaires, une violation des règles démocratiques et des principes d’impartialité.

Les députés signataires soulignent également le fait que Mboso lui-même est candidat au poste de 2e vice-président du bureau définitif, ce qui crée un conflit d’intérêts évident. Ils estiment que cela compromet l’intégrité du processus électoral et remet en question la légitimité des résultats à venir.

En plus de demander la suspension de Mboso, les députés exigent la dissolution de la commission dirigée par Willy Makiashi et la mise en place d’une nouvelle commission composée de membres approuvés par la plénière. Ils insistent sur la nécessité d’avoir une supervision impartiale du processus électoral pour garantir la transparence et la légitimité des élections.

Pendant ce temps, la commission spéciale et temporaire mise en place par Mboso poursuit ses travaux, malgré les contestations des députés. Les résultats de cette commission sont prévus pour être affichés ce jour même, alors que l’élection et l’installation du bureau définitif sont prévues pour samedi 18 mai.

Delphin Kankolongo

Continuer la lecture

Les plus lus